Wisdom of Life

Le célibat des prêtres, parlons-en!

« Le célibat des prêtres n’est pas un dogme ». Ces quelques mots de bon sens de Mgr Parolin, futur numéro deux du Vatican, ont fait l’effet d’une petite bombe dans les milieux catholiques. Une révolution ? Pas vraiment car ce sujet n’est pas nouveau et des voix discordantes, y compris dans les hautes instances, s’étaient déjà faites entendre. Un grand bol d’air frais ? Certainement car depuis les sorties aussi fermes que maladroites de l’Eglise catholique sur la question du « Mariage pour tous » et après le pontificat de Benoît XVI, marqué par un attachement assumé pour la tradition, on pensait ce type de débats au sein des institutions difficile, voire impossible. Avec toute la prudence qui s’impose, nous souhaiterions néanmoins saluer ce double revirement : la fin de l’omerta sur des pseudo-dogmes et les discussions à venir sur un thème aussi symbolique.

Nous nous se souvenons tous de ces discussions sans fin avec nos amis, croyants ou non, sur ces sujets internes à l’organisation de l’Eglise, comme le célibat des prêtres, l’ordination des femmes, etc. Mais, comme souvent dans l’Eglise, les fidèles questionnent, s’interrogent, débattent, avant que le corps ecclésial ne leur rappelle les « règles du jeu », les dogmes, en bref : ce qu’il faut penser pour être un bon catholique. Parfois même, on serait en droit de se demander si les dogmes ne constituent pas le fondement de nos institutions plus encore que la Foi, au risque de rendre le message de l’Eglise inaudible aussi bien pour les chrétiens que pour les non-croyants. Le plus grand (et beau) combat de l’Eglise n’est pas celui qu’elle mène contre le soi-disant relativisme, le préservatif ou la remise en cause de ses dogmes (infaillibilité pontificale, célibat des prêtres, ordination de femmes, etc.) mais bien celui pour la Paix et l’Amour. En cela, le nouveau Pape François a ouvert une brèche, ne serait-ce que dans cette image de notre Eglise comme une institution poussiéreuse et arrogante, venue dicter froidement sa loi à tous, oubliant l’idée même du prochain.

Le célibat des prêtres, parlons-en ! Soyons une Eglise ouverte au dialogue, une Eglise qui parle à son prochain, une Eglise qui s’interroge, soyons une Assemblée et non une institution traditionaliste et renfermée sur des principes arbitraires et incompris. Pendant un instant, qui nous a semblé une éternité, nous, simples chrétiens, avions eu la désagréable impression de ne plus être l’Eglise et de n’être plus bons qu’à aller à l’église pour s’y entendre dispenser des conseils basés sur des dogmes d’un autre âge, repliés sur notre Foi et fermé au monde. Ouf ! Nous voilà (presque) rassurés !

 

Clément Maury, jéciste de Lille

About Author: Claire

Tous droits réservés © 2017 Conception Jean-Rémy