Wisdom of Life

Migration : un possible pas, pas impossible !

Le sujet, par constat d’impuissance, par peur, par déni, peut lasser…mais en ce temps de carême, est-il vraiment impossible de proposer de faire un pas de plus pour comprendre, accueillir l’autre ? Un autre qui vient de loin et qui parait si différent de moi par sa culture, sa religion, ses coutumes et qui pourtant est mon frère en humanité.

C’est ce pas de plus qu’ont fait les jeunes de l’espace jeunes le mardi 9 février, en étant accompagnés par la J.E.C.

Après un regard sur ce qui fait notre propre identité : ce qui me tient à cœur, ce qui fait que je suis moi et pas un autre, ce que je laisse à voir, ce que les autres peuvent percevoir de moi, les jeunes ont exprimé les situations d’exclusion qu’ils sont pu vivre au collège, en famille, avec les amis. Exclusion parce qu’on est différent, exclusion parce qu’on n’a pas les mêmes centres d’intérêt, exclusion parce qu’on ne rentre pas dans l’esprit du groupe et qu’en voulant y adhérer à tout prix, on peut y perdre son identité.

Et nous, parfois, ne créons-nous pas des situations d’exclusion? Nos préjugés sont-ils compatibles avec un accueil fraternel ? Que savons- nous des hommes, des femmes qui ont quitté leur pays pour arriver jusqu’à nous ? Quelles sont leurs convictions, leurs aspirations les plus profondes ? Quels efforts ont-ils fait et font-ils encore pour s’intégrer ?

Mohammad, jeune réfugié afghan de 23 ans est venu témoigner de son parcours. Réfugié avec ses parents en Iran, il est parti seul à l’âge de 14 ans pour avoir une identité, aller à l’école et vivre en paix.

Son périple de plus d’un an pour venir jusque chez nous a été semé de peur, de souffrance, mais la détermination, la petite lumière intérieure qui lui disait de tenir l’a poussé à ne jamais renoncer. Pris en charge à Boulogne comme mineur étranger, Mohammad qui au départ ne parlait pas français a passé son brevet, puis son bac et son B.T.S. Grâce à sa famille d’accueil, à ses professeurs, il a pu réaliser des études. Il attend maintenant sa naturalisation.

Isabelle, bénévole à la Croix-Rouge aide des personnes étrangères à se familiariser avec la lecture et l’écriture ; elle peut témoigner des gros efforts et de la volonté de ces personnes pour s’intégrer au mieux.

Des associations, des bénévoles et des personnes dans leur quotidien travaillent pour que chaque homme puisse vivre en paix, en famille et dignement. Et nous, pendant ce temps de carême, si on faisait un pas de plus pour rencontrer l’autre, le comprendre sans a priori, en laissant nos peurs de côté et voir en lui tout ce qui fait de nous des frères.

Martine

About Author: Claire

Tous droits réservés © 2017 Conception Jean-Rémy