Wisdom of Life

Un été très jéciste

Je savais déjà que la JEC m’apporterait beaucoup dès ma première formation, dès la première réunion de mon équipe lycéenne, mais aussi dès mon voyage aux Philippines pour le Conseil Mondial de la JECI ou encore, dès mon élection à l’Equipe Nationale.

Cet été a été merveilleux et ceci en grande partie grâce à la JEC. À peine mes cours terminés au lycée, me voilà déjà partie direction Paris pour une formation très enrichissante sur la création d’une équipe, animée par l’Equipe Nationale. Dès le lendemain, je repars pour 6h de train afin de retrouver la JEC Montauban pour l’événement régional bien connu auquel elle participe: le pèlerinage en VTT jusqu’à Rocamadour. Mon rôle au sein de cette rencontre, réunissant plus de 200 personnes, était  d’animer un groupe de douze collégiennes durant une journée type de 30 kms en vélo. Cette semaine demande un dépassement de soi, une grande écoute, une motivation sans faille et beaucoup de bonne humeur. J’ai pu y rencontrer des jeunes heureux de participer à cette aventure, pleins d’espoirs et de questionnement sur leur foi.

Pas moins d’une semaine plus tard, je refais mes valises pour partir trois semaines au Togo avec Oriane Monnier. Il s’agit d’une action menée par la JEC de Metz depuis un an et qui a pour but d’accomplir une mission de solidarité au Togo. Nous avions demandé lors de l’Assemblée Générale de mai une subvention à la JEC, qui avait été accepté et qui permettait donc à la JEC de devenir l’un de nos partenaires principal. Nous nous sommes donc envolées le 13 juillet vers Adetikopé, où se trouve le CASA, un centre d’aide social venant en aide aux jeunes filles issues de la prostitution. Nous y avons donné des cours de français et d’anglais chaque matin et chaque soir durant pas moins de deux semaines auprès de jeunes filles intéressées et studieuses qui nous montraient chaque jour leur plaisir d’avoir cours. Nous devions également animer leur journée afin de créer une cohésion au sein du groupe, suivant les demandes de sœur Pascaline. Ces deux semaines au CASA ont été marquées par la joie, les rires et les amitiés nouées. Nous ne pouvons oublier ces jeunes filles : Sophie, Agnès, Martine et j’en passe sans oublier Marie-Thomas (5 ans), Adi (8 ans), et Messifa (3 ans). Au milieu de notre voyage, nous sommes montées au Nord du Togo, à Bassar, dans un orphelinat tenu par des sœurs. Nous avons été choquées par le peu de matériel, de jouets, de nourriture présents mais touchées par leur sourire, leur accueil et le regard des enfants. Ce n’était pas qu’un voyage, c’était un bout de vie, un incroyable apprentissage. Désormais, nous ne sommes plus tout à fait les mêmes car « on ne fait pas un voyage. Le voyage nous fait et nous défait, il nous invente ». À la JEC, nous disons Akpé (merci en ewe).

Dès notre retour début août, nous nous activons au sein de l’équipe d’animation pour finaliser la préparation du camp JEC annuel qui s’est tenu cette année en Bourgogne. Le 17 août, l’aventure commence avec le stress habituel mais cette même envie de partager, de créer des souvenirs et de créer une cohésion nationale. La bonne humeur est au rendez-vous entre des activités ludiques comme le canoë, la construction d’une maison à insectes, une chasse aux trésors, un concours photo… et des activités plus intellectuelles qui me permettent de faire un compte rendu de mon voyage au Togo. Ce camp n’est pas seulement agréable pour les souvenirs qu’il crée, il est également extrêmement enrichissant pour les animateurs qui travaillent sur l’organisation depuis plus de six mois. Faire parti de cette équipe m’a permis de prendre des responsabilités et de gagner en maturité.

Finalement,  la première réunion de l’Equipe Nationale en septembre vient clore cet été merveilleux et annonce la suite de quelque chose d’unique et de nouveau puisque j’ai été élu co-présidente de la JEC avec Pierre Renard.

Jécistement,

Adélaïde Maury

About Author: Claire

Tous droits réservés © 2017 Conception Jean-Rémy